Archives mensuelles : avril 2011

 

Nécropole Luchy Bertrix

Liste des soldats du Sud-Ouest, inhumés au cimetière de Luchy-Bertrix.
Merci à MT Pipeaux et  Y Dauby pour ce relevé.

Fichier au format PDF  ici.

* Le plan de localisation des tombes est inclus dans le fichier.


Capitaine Gervaise Commandant la 3e Compagnie du 11e R.I  Combats de Bertrix.

Pour charger le fichier au format pdf :  cliquez ici.
Fichier 9 Mg

 

Présence de prisonniers allemands à Montauban évoquée par l’image.

 

 

 

> Cliquez sur les photos pour visionner l’album.

 

 

 

Rapport de guerre et de captivité du médecin Gaston Prunet 11e Ri
du 5 Aout au 18 Novembre 1914

 

Fichier au format pdf à charger ici.

 

 

 

Souvenir du Général commandant la 33e DI.

Fichier au format pdf à charger ici.

FERAL Ferdinand


Né le 10 septembre 1892 à Montricoux

Domicilié 40, avenue Jean Jaurès à Caussade

RECIT DE GUERRE 1914 / 1918

Retranscrit Par Michel Florens

Ferdinand Féral quitte sa maison familiale suite à son appel sous les drapeaux. Auparavant reconnu soutien de famille, agriculteur, travaillant à la ferme familiale, il ne rejoindra son unité le 11° de ligne que le 10 octobre 1913.

Il fait partie du 2° Bataillon, 5° compagnie

 

A la Mobilisation générale, il quitte Montauban le 5 août 1914 à 21 heures, avec son unité qui est  placée sous le commandement  du Capitaine De Juncarot et du Lieutenant de Faramont. Le Commandant Feyre assure la conduite du Bataillon

L’unité débarque à Suippes le 7 août à 17 heures. Elle cantonne avec l’Etat Major à Souain.

 

Comme ses camarades Ferdinand traversera les Ardennes à pied pour arriver , après avoir franchi la frontière franco-belge à Sachy il fera , sans le savoir, une dernière halte sur la Grand place de Bertrix ou la population belge accueillera nos troupes en sauveteur. Ces derniers, fourbus, apprécieront les collations distribuées par la foule

 

Peu de temps après, le deuxième bataillon sera engagé en arrière garde où il s’intercalera entre des unités d’artillerie.

Il subira le même sort que l’ensemble des unités impliquées dans la Forêt de Luchy. Un véritable massacre préparé peu de temps auparavant par l’ennemi.

Ferdinand sera blessé, dans l’incapacité de rejoindre son unité qui retraitée, il fera parti du très long cortège de prisonniers et restera en Allemagne jusqu’au 19 janvier 1919 date de sa libération q

 

Pendant sa captivité, Ferdinand FERAL a fréquenté les camps de :

–          HORDRUF jusqu’en juin 1915

–          MUNSTER (Hanovre) jusqu’en novembre 1916

–          SOLTAU (Hanovre) jusqu’en janvier 1917

–          HAMEL , au centre de triage et ensuite en commando pour effectuer des coupes de bois dans les forêts domaniales

Ses camarades d’infortune tout au long de ce périple furent :

–          Mr ROUZIES agriculteur à la Bouffières par ALBIAS

–          Mr CORNILLE agriculteur à ALBIAS

–          Mr BOUBES Joseph coiffeur à Martres Tolosane

–          Mr CARRIERE Paul coiffeur, petite rue St Rome à Toulouse

 

 


 

L’Album

 

 

*Cliquez sur les photos pour agrandir.

FLORENS Jean est né à  » BRIAL  » commune de BRESSOLS le 3 mars 1892,

il est décédé à MONTAUBAN le 4 août 1974.

IL poursuivra la guerre dans une usine d’armement à BORDEAUX.

 

SOUAIN LE 8 AOUT 1914

Chers parents,

Nous sommes arrivés sur lieux hier soir, avec une pluie battante. En arrivant, il nous a fallu prendre la garde.

Je crois que nous allons partir aujourd’hui pour VOUSIER, le 20eme est arrivé ce matin.

Le voyage n’a pas été sans entrain tout le long de la route on nous a acclamé, on nous donnait des bougies.

Il m’est arrivé un petit accident avant d’arriver à ISSOUDIN.

J’ai voulu couper une barre de la fenêtre des wagons à bestiaux pour passer la tête. Une fois que je l’ai eu coupé, j’ai regardé s’il n’y avait personne mais « crac ! », mon képi est parti en voyage. Il devait se plaire dans ce pays.

J’ai continué la route ainsi, nous sommes passé à SAINT FLORENT, là on nous a donné de l’eau de menthe. SAINT FLORENT est une petite ville, mais il y a la moitié des gens  de la croix rouge.

Arrivé à une gare de la frontière, car en venant avec le train, nous sommes passé à 6 km de la frontière. C’était le matin, on est descendu, moi sans képi toujours. Alors j’ai vu un type qui en posait un pour se débarbouiller, juste on allait siffler pour monter. Alors j’ai pris le képi, je me le mets sur la tête et je m’en vais.

Il a débarqué avec le calot !!!

……..

Continuer la lecture

Toutes les sources et informations relatives à la vie de garnison avant guerre, les hôpitaux auxiliaires durant le conflit, les témoignages de civils durant le conflit, les nécropoles et monuments commémoratifs après le conflit qui concernent notre département ainsi que les Ardennes belges ou se déroula la première bataille de rencontre le 22 Aout 14

 

Mise en ligne des événements et compte rendu de la bataille de Bertrix par un Colonel commandant l’artillerie de la 33e D.I.
Le fichier est au format pdf.

Général Paloque : Bertrix